You are currently viewing Trouver de nouvelles solutions/Recadrage positif (article+vidéo)

Trouver de nouvelles solutions/Recadrage positif (article+vidéo)

5 minutes de lecture

J’avais déjà écrit un article sur ce sujet mais aujourd’hui, je voulais te proposer encore un nouvel angle « d’attaque » pour trouver de nouvelles solutions.


La version vidéo de cet article est dispo tout en bas de la page ou directement en cliquant ici


Parfois, on est tellement bloqué dans notre vision de la situation qu’on la voit comme insoluble. On a l’impression d’avoir fait 20 fois le tour de la question, d’avoir tenté toutes les solutions possibles et imaginables et que rien ne fonctionne.

☝️ Pourtant, c’est en arrivant à changer de prisme, à changer notre regard sur l’événement de vie difficile qu’on va commencer à trouver de nouvelles solutions. De nouvelles choses qu’on avait pas tenté jusqu’ici.

🤷‍♀️ Et si rien n’est mobilisable en terme d’actions, c’est là qu’on va commencer à pouvoir rentrer dans l’acceptation de ce qu’il s’est passé.

Aujourd’hui, je vais te parler de la technique du recadrage positif :

👉 Ca peut t’intéresser à titre individuel
👉 Et intéresser les professionnels de l’accompagnement car c’est une technique d’entretien

1/ Revenons à l’enfance

Quand nous sommes enfants, nous apprenons des catégories de mots et de concepts. Nous apprenons qu’une pomme rouge peut se ranger :

  • Dans la catégorie « objet rouge »
  • Comme dans la catégorie « fruit »
  • Comme dans la catégorie « comestible »

Etc. D’ailleurs, une expérience proposée aux enfants consiste à leur présenter un plateau avec 3 pommes et 9 bananes et à leur demander :

« Y a-t-il plus de bananes ou plus de fruits sur ce plateau ? »

🍎 L’enfant doit répondre « plus de fruits ». Ca montre qu’il a compris cette notion de classe de concepts et qu’il comprend que les pommes étant aussi des fruits, il y a donc plus de fruits dans le plateau.

changer de regard

Bon, et du coup ?


👉 En tant qu’adulte, nous n’avons évidemment pas perdu ce fonctionnement.

Quand nous vivons un événement de vie, nous allons, nous aussi, le ranger dans une case : événement joyeux, événement challengeant, événement difficile, événement indésirable, etc.

👉 Quand on vit un événement de vie difficile -ou quand vos bénéficiaires vivent un événement de vie difficile ou une difficulté (ex : je n’arrive pas à me faire connaître sur Instagram/Mon couple ne va pas bien/Je ne gagne pas l’argent que je voudrais …)-, nous le classons dans « événement de vie difficile » (ou équivalent)

👉 Peut-être que vos clients/patients l’auront classé (ou vous-même!) dans « événement injuste » ou encore « événement insoluble« 

Et là … et bien … on est bloqué !

2/ Le recadrage positif

La technique du recadrage positif consiste justement à proposer une autre lecture de la situation pour amener le bénéficiaire ou soi-même à ranger cet événement de vie dans une autre classe.

☝️ Par exemple :

  • un événement de vie difficile peut être considéré plutôt comme une leçon
  • un projet entrepreneurial qui tombe à l’eau peut être le début d’un autre projet,  encore plus aligné avec soi
  • un licenciement a pu être le déclencheur d’une prise de conscience

etc. ⚠️ Alors attention : si vous êtes pro de l’accompagnement, il s’agit bien là d’une proposition de lecture que vous faîtes à votre client/patient. C’est à lui de l’accepter ou de la refuser. Julien Bresse en parle très bien en prenant la métaphore de la greffe narrative : avant de greffer une nouvelle version de l’histoire, il faut s’assurer que le corps l’accepte. Il faut donc que l’alliance soit suffisante !👉 Et si vous travaillez là-dessus en individuel, vous devez croire à votre nouvelle version. Sinon vous tombez dans une espèce de méthode Coué qui ne va que faire mesurer à votre cerveau l’écart entre ce qu’il pense et ce qu’il devrait penser.

trouve une solution

La notion de responsabilité :

On en a déjà parlé dans une newsletter récente mais ce concept, surtout travailler en autonomie, implique aussi d’avoir travaillé sur la notion de responsabilité de sa vie. J’en ai fait toute une vidéo que tu peux retrouver ici.

👉 Si je suis dans mon état du moi de l’adulte, je suis dans un état de responsabilité. Et là, je peux commencer à envisager de voir ce que j’ai vécu autrement. Sans nier, possiblement, mon statut de victime ! Mais sans me perdre dans l’état de la victime ☝️

👉 La posture de l’enfant est forcément une posture déresponsabilisée. C’est donc, forcément, une posture d’extériorisation qui verra toujours l’extérieur comme responsable de ce qu’elle vit. Les solutions seront donc difficiles à trouver et parfois, à mobiliser.

Surtout, je suis dépendant·e de l’extérieur pour en avoir. Quand j’accepte d’être responsable (et pas coupable) de ce qui m’arrive, j’accepte aussi que les solutions sont en moi. Que je vais pouvoir, pour intégrer cet épisode de ma vie, trouver des solutions ou mobiliser des forces, des qualités ou des ressources.

👀  Je change mon focus attentionnel, je récupère du pouvoir créateur. Je ne suis plus victime de l’extérieur, je ne suis plus dépendant·e de l’extérieur pour avoir des solutions ou pour que quelqu’un vienne me sauver.

3/ Si tu veux aller plus loin :

1️⃣ A titre individuel, pour changer de regard sur un épisode de vie et le vivre différemment, le mieux c’est le coaching holistique sur-mesure

2️⃣ En tant que pro de l’accompagnement, si tu veux apprendre ce genre de techniques et avoir une meilleure posture pour emmener tes clients plus loin, le mieux c’est le programme Apprendre à être Accompagnant·e

3️⃣ En tant que pro de l’accompagnement ou à titre individuel, en lien avec les relations au sens large, le mieux c’est le programme Accompagner les problématiques relationnelles

4/ La version vidéo 👇

Ce contenu te plaît ? Partage-le !

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à la psychologie positive, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire