Ce n’est pas de temps dont tu as besoin, c’est d’énergie

Ce n’est pas de temps dont tu as besoin, c’est d’énergie

7 minutes de lecture

Quand on est entrepreneur (et surtout au début), on fait une erreur, à mon sens cruciale : être obsédé par la productivité. Gagner du temps, toujours plus, encore plus. Des entrepreneurs, peut-être toi, qui bossent comme des dingues, toujours dans la culpabilité de ne pas faire assez. Persuadés de n’être jamais assez efficaces, productifs, rentables. Qui courent les hacks de productivité et les conseils d’organisation. Alors, si tu te reconnais,  laisse-moi te dire que ce n’est pas de temps dont tu as besoin, c’est d’énergie ! 💥

#1 : Les conseils de productivité, ça sert à rien ?

Non, je n’ai rien contre les conseils de productivité 😅 Bien sûr qu’il existe des techniques pour optimiser ton temps et mieux t’organiser. Et c’est important car un manque d’organisation peut vraiment générer du mal-être au travail. D’autant que mieux s’organiser permet aussi de gagner en énergie (ou en tous cas, de limiter les pertes dans un fonctionnement qui ne te convient pas ou dans un bordel ambiant). Bien sûr que l’organisation, c’est très important. Bien sûr que les conseils de productivité sont utiles.

Mais, tu vas commencer à comprendre mon propos : gagner plein de temps, c’est bien ; mais si tu n’as pas d’énergie pour utiliser ce temps … c’est le serpent qui se mord la queue !

(On a également parlé de ce sujet dans le podcast où je reçois Brice Pellerin si ça t’intéresse)

état d'esprit de pénurie

#2 : Trouver ton fonctionnement optimal

Déjà, la base, c’est de trouver ton fonctionnement optimal. Oui, je sais, la coach en psychologie positive qui rabache 😅 Mais si j’insiste autant, c’est parce que c’est vraiment important de le connaître, ton fonctionnement optimal.

Si tu es un couche-tard, lève-tard mais que tu t’obstines à te lever à 5h du matin parce que c’est à la mode d’avoir une miracle morning, laisse-moi te dire que ça risque de coincer à un moment donné. 

Connaître son fonctionnement optimal (en terme de productivité), c’est savoir :

  • Quand est-ce que tu travailles le mieux ? (matin, soir, après-midi , week-end)
  • Quand est-ce que tu travailles le mieux pour quelle tâche ? (Comptabilité du matin ou de l’aprem ? Ecriture d’articles le soir ? etc)
  • Où est-ce que tu travailles le mieux ? (maison, cowork, café, …)
  • Comment est-ce que tu travailles le mieux ? (petites pauses régulières, grosses pauses mois souvent, etc)
  • Avec qui tu travailles le mieux ? (seul, tes collègues, des inconnus, etc)

Mais si j’ai la flemme de me lever tôt ?

Alors, en effet, il y a une distinction à faire : ton fonctionnement optimal versus “la flemme”. L’entrepreneuriat, comme tout ce qu’il vaut le coup sur cette Terre, ne s’obtient pas sans discipline. Et, selon moi, discipline n’implique pas nécessairement souffrance mais, en effet, il faut un peu d’assiduité.

En revanche, si contre vents et marais, tu n’arrives pas à travailler à 7h du mat, que tu tournes en rond, procrastines, etc ; à quoi bon persister ? Tu es indépendant·e, profites-en ! Adapte ta journée, dans la mesure du possible.

Ton fonctionnement optimal n’est pas ton fonctionnement maximal

Je rappelle, plutôt deux fois qu’une, que ton fonctionnement optimal n’est pas ton fonctionnement maximal ! Cela veut dire, qu’une fois le travail précédent fait, tu ne vas t’en tenir à ça 100% du temps. Evidemment ! 

Il s’agit de connaître les modalités dans lesquelles tu fonctionnes le mieux au quotidien, et donc, celles sur lesquelles tu vas pouvoir t’appuyer quand tu vas moins bien.

entrepreneur repos

#3 : T’occuper de ton niveau d’énergie plutôt que vouloir à tout prix gratter des minutes

Le gros de mon propos se joue ici : je trouve que dans notre société, nous sommes obsédés (et surtout dans l’entrepreneuriat) par l’idée d’être plus rentables, plus efficaces, plus productifs. Quitte à être malheureux, vidés et en mauvaise santé.

Notre énergie vitale est primordiale. C’est notre moteur, notre élan de Vie. Et cette énergie, navrée de le dire, n’est pas inépuisable. En médecine chinoise, il est dit que l’Humain a deux formes d’énergie : 

  • Une énergie innée : c’est ton kit de départ. Un stock d’énergie pour la vie qui, forcément, va s’amenuiser avec le temps. Cette énergie, une fois dépensée, ne peut pas être régénérée.
  • Une énergie acquise : qui est celle que tu peux régénérer au quotidien via le sommeil, l’activité physique, l’alimentation, etc.

Donc, tu vois bien que si tu passes ton temps à chercher du temps (voire même que tu t’épuises à chercher du temps), mais qu’une fois ce temps devant toi, tu ne t’es pas occupé de ton sommeil, de ton bien-être, etc ; ça ne mène à rien. Ca peut marcher à court-terme, mais pas sur le moyen ou le long terme. Or, l’entrepreneuriat, c’est un marathon !

Comme disait un de mes profs de psycho, “c’est l’arbre qui cache la forêt” : s’occuper de productivité sans prendre soin de ton énergie, c’est un leurre.

>> Si tu as besoin d’aide concernant ton niveau d’énergie, fais un tour par ici <<

#4 : Repenser notre rapport à la productivité

Un petit point réflexion que je tenais à mettre dans cet article : repenser notre rapport à la productivité. Je te partage ça car, moi-même, quand je me suis lancée dans l’entrepreneuriat, j’ai vite découvert le monde des hacks de productivité et autres. Et j’en ai été si adepte 😅

J’ai mis du temps à questionner mon rapport à la productivité, à me dire que peut-être, il y avait d’autres façons d’entreprendre possibles. Que je n’étais pas obligée de travailler 12h/jour, matin, midi, soir et week-ends. Que je pouvais penser autre chose que la grande croyance qu’il faut “travailler dur pour réussir”.

A ce propos, mon interview avec Safia Ayad peut vraiment t’aider à envisager un autre entrepreneuriat, plus doux, plus respectueux, et pas nécessairement moins fructueux. 

liberté

#5 : Le temps, ça se prend

Pour finir, je voulais quand même te soulever une problématique. Et je le dis en toute bienveillance car j’ai été une grande adepte du “j’ai pas le temps” : c’est pas que tu n’as pas le temps, c’est que tu prends pas le temps !

Le temps, ça se prend. Nous avons tous le même crédit temps chaque jour : c’est une question de priorités. Il est aussi question des activités dans lesquelles tu perds ton temps (et ton énergie) : scroller à l’infini tes réseaux sociaux, remonter le moral d’un·e ami·e qui se plaint de la même chose depuis 3 ans et qui, crois-moi, ne va pas avoir une révélation demain matin en t’écoutant. 

Alors si tu es toujours en train de te dire que tu n’as pas le temps : 

  • Revois tes priorités
  • Fais du tri dans les activités superflues
  • Re-consacre ton temps et ton énergie dans des choses qui en valent la peine (pas forcément pour faire quelque chose, mais dans des moments qui te nourrissent)
  • Pose-toi les bonnes questions : si tu te poses 1000 questions, c’est que tu ne te poses pas les bonnes 😬


Ce contenu te plaît ? Partage-le !

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à la psychologie positive, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire