You are currently viewing Comment sortir d’un conflit ? (podcast)

Comment sortir d’un conflit ? (podcast)

9 minutes de lecture

[Les notes de l’épisode sont disponibles sous le lecteur]. Que ce soit en couple, entre associés, entre entrepreneurs et clients, en famille, nous vivons tous des conflits, plus ou moins importants. Ces conflits, parfois, ils s’entretiennent et on arrive plus à en sortir 🤯 On se retrouve à toujours se prendre le bec pour la même chose, on a l’impression de tourner en rond, de constamment se reprocher les mêmes problèmes et on ne sait plus comment sortir du cercle vicieux. Je te propose donc de comprendre, grâce à l’analyse transactionnelle, ce qui se passe et comment sortir d’un conflit

Où retrouver cet épisode ?

Liens mentionnés pendant l’épisode :

  • Participer à l’atelier Mieux Communiquer en Couple du 23 Juin : https://biendanstaboite.yogaandme.online/share/class?id=293375&view=1
  • Accéder à la trousse de secours pour obtenir le template de prises de notes & ta vidéo cadeau 🎁 10 minutes d’étirements post-journée de travail : https://biendanstaboite.fr/newsletter
  • Découvrir le coaching sur-mesure : https://biendanstaboite.fr/coaching-sur-mesure/

Notes de l’épisode :

Il existe 3 états du moi :

  • Le parent (normatif ou nourricier)
  • L’adulte
  • L’enfant (libre, rebelle ou soumis)

A chaque fois qu’il y a un conflit ou une tension, nous sortons de l’état de l’adulte pour rejoindre le parent ou l’enfant. Le hic, c’est que quand je me mets, par exemple, dans l’archétype du parent, j’assigne quasiment toujours l’autre à une position d’enfant.

Les archétypes en détails :

👉 Le parent normatif :

C’est celui qui critique, punit, ordonne, exige. Il est directif et en appelle aux préjugés, aux normes, aux limites, etc.
Tu es dans ton parent normatif quand tu menaces « chéri, si tu ne fais pas à manger ce sir, ne compte pas sur moi pour aller chez tes parents ce week-end » mais aussi quand tu protèges « oh gamin, traverse pas la route sans regarder! »

👉 Le parent nourricier :

C’est celui qui materne, qui soigne, qui comprend, écoute. Il est bienveillant et soutenant. 
Tu es dans ton parent nourricier quand tu prends soin « je t’ai préparé une bouillotte chaude » mais aussi quand tu anticipes les besoins et demandes de l’autre « Laisse, je vais le faire pour toi » quitte à sur-protéger « tu vas prendre froid! » et à vouloir sauver. 

👉 L’adulte :

C’est l’archétype qui réfléchit, analyse, demande. Il met à distance ses émotions et prendre du recul sur la situation.
Tu es dans ton archétype adulte quand tu es capable de formuler une demande « ça me ferait plaisir de t’aider. Si tu as besoin d’aide, demande-moi », quand tu prends du recul « ai-je raison de réagir comme ça ? » mais aussi quand tu mets trop de distance et d’analyse « je suis en colère parce que ceci, je pense avoir raison car cela mais je pourrais aussi avoir tort puisque ceci » 

👉 L’enfant soumis :

Comme son nom l’indique, l’enfant soumis obéit. Il se soumet, se plaint et cherche l’approbation du parent. 
Tu es dans ton enfant soumis quand tu capitules « c’est bon, c’est bon, t’énerve pas, t’as raison », quand tu te mets en position de victime « mais c’est pas ma faute, c’est lui qui est pas cool avec moi » ou quand tu cherches un sauveur « Aide-moi, je n’y arriverai jamais sans toi »

👉 L’enfant rebelle :

Lui, c’est la révolte. L’enfant rebelle conteste l’autorité, s’énerve, voire peut être agressif. Mais c’est aussi celui qui est capable de saine révolte.
Tu es dans ton enfant rebelle quand tu envoies chier quelqu’un de pénible « bon arrête là, tu m’emmerdes » ou quand tu te défends « c’est pas moi qui fais ça ! » 

👉 L’enfant libre :

Enfin, on retrouve l’enfant libre. Celui-ci est déshinibé, spontané, joyeux mais parfois un peu inadapté.
Tu es dans l’enfant libre quand tu crées, quand tu t’émerveilles « Oh, un papillon! », quand tu es déshinibé « Wouhooou Nicole, je suis là! » et donc dans la sexualité également. Mais c’est aussi l’enfant libre qui téléphone fort dans le train, qui fait du bruit en mangeant. Bref, qui se soucie peu des autres.

☝️ Dans l’interaction avec l’autre, on va changer d’état du moi :

  • en fonction de l’autre
  • selon nos schémas = nous avons souvent un ou deux états du moi privilégiés

Ce que cela signifie, c’est que si je me mets dans l’archétype du parent, j’oblige quasi toujours l’autre a être dans l’archétype de l’enfant. Et vice-versa. On va vite voir comment on peut entretenir des conflits 👇

Comment sortir d’un conflit : Exemples d’entretiens de conflits

Prenons maintenant deux exemples qui vont surement parler à beaucoup d’entre vous :


1️⃣ Le client qui paye pas, respecte pas les deadlines, fait pas le taff demandé : 

Beaucoup d’entrepreneurs ont déjà vécu ça mais également beaucoup d’accompagnants (notamment les coachés qui font pas le travail inter-séance).
Imaginons que l’entrepreneur en question est graphiste : il se défonce pour son client. Il a fait plusieurs retouches sur les graphismes, il a baissé ses tarifs ou fait cadeau d’un truc, il fait des heures pas possibles. Bref, il se défonce pour que son client soit content quoi ! Quoi de plus normal ?
👉 L’entrepreneur ici, il est dans son parent nourricier. Il oblige donc quasi de facto son client à se mettre à la place de l’enfant. Or la place de l’enfant est une place de déresponsabilisation

Le client peut donc se retrouver dans : 

  • Son enfant rebelle : « Oh t’as pas fini d’en faire des tonnes comme ça, je t’ai rien demandé moi »
  • Son enfant soumis : « Ohlala mais merci de tout ce que tu fais pour moi, je sais pas comment je ferai sans toi. En plus c’est difficile pour moi en ce moment, tu pourrais pas me faire cadeau de la retouche photo ? »
  • Son enfant libre : « Oh merde, j’ai zappé la deadline ? Ah y’avait un truc à faire pour aujourd’hui ? Ah bah j’ai oublié! »

👉 L’enfant rebelle pourrait faire passer le parent nourricier soit en parent normatif « comme ça tu m’as rien demandé ? Tu crois que ça se passe comment au juste dans la vie ? » ou en enfant soumis « j’ai fait tout ce que j’ai pu mais rien ne suffit jamais »

👉 L’enfant soumis valide toujours le parent nourricier (qui tire un bénéfice de sa posture de sauveur, même s’il s’épuise)

👉 L’enfant libre peut valider le parent nourricier « oh mon pauvre client, il a beaucoup à gérer je crois, il oublie tout » ou le faire passer côté normatif « puta*n mais c’est pas possible d’être aussi à l’ouest » 

💃 Tu vois ici comment cette situation conflictuelle peut durer looooongtemps. Et également valider des schémas chez un entrepreneur du type « je tombe que sur des clients qui ne sont pas engagés/qui abusent de ma gentillesse »

☝️ Comment sortir du conflit ? Une manière ici de sortir du conflit pour l’entrepreneur, c’est de venir sur sa position d’adulte.

>> Si l’entrepreneur dit « ça t’aiderait/te ferait plaisir que je fasse la retouche photo ? », il continue de mettre le client à la place de l’enfant (qui va encore se déresponsabiliser en disant Oui vas-y, fais moi plaisir, moi j’attends ici)
>> Si l’entrepreneur dit « ça me ferait plaisir de t’offrir cette retouche photo. Si tu souhaites que je la fasse, demande-moi », ici, le client ne peut pas se déresponsabiliser. Il est obligé d’aller sur sa place d’adulte pour formuler une demande.

2️⃣ Prenons un autre exemple de conflit, au sein du couple pour changer (mais la dynamique peut se retrouver dans le boulot) :

Monsieur fait tout à la maison et reproche à Madame de ne pas en faire assez. Observons deux secondes l’interaction :

💬 Monsieur : Je t’avais demandé de faire la vaisselle bon sang, t’as vu comme les verres sont mal lavés ? Faut toujours que je passe derrière toi, c’est chiant ! Je veux que tu les relaves, je ne range pas la vaisselle dans cet état ! (Parent normatif)

Madame : Tu veux pas me parler autrement là ? Je suis pas ta gosse ! (Enfant rebelle)

Monsieur : J’aurais pas besoin de te parler comme ça si t’avais fait ce que je t’avais demandé dès le début (parent normatif)

Madame : Oui bah tu crois que je fais comment moi ? Tu te rends pas compte combien je suis fatiguée. J’ai été épuisée toute la semaine depuis que j’ai chopé ce rhume, j’arrive pas à faire tout ce que tu me demandes (enfant soumis)

Monsieur : 
> Option 1 : Oh ma chérie, je suis désolée, ça te fait beaucoup ma puce. Viens, je vais te faire ton plat préféré (parent nourricier, posture du sauveur) => Plus de conflit en apparence mais en fait, la dynamique s’entretient et renaîtra
> Option 2 : C’est pas une excuse ! Bouge-toi, moi aussi je suis fatigué. C’est pas un rhume qui va te fatiguer alors secoue-toi un peu merde (parent normatif, posture du bourreau)

👉 Pour sortir de ce conflit qui, lui aussi, peut durer longtemps et se répéter souvent, Monsieur aurait pu formuler sa première phrase sur un mode adulte.

💬 Chérie, je suis énervé (pas de négation émotionnelle) car je t’avais demandé de faire la vaisselle avec tel produit car ça me soule/stresse/énerve quand il y a des traces de calcaire sur les verres. J’ai l’impression que ce n’est pas le cas et c’est vraiment très pénible pour moi.(👉 exemple qui fonctionne uniquement si Monsieur avait formulé une demande claire au préalable et qu’elle avait été acceptée par Madame)



Ce contenu te plaît ? Partage-le !

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à la psychologie positive, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire