You are currently viewing Les coulisses de la refonte d’une formation

Les coulisses de la refonte d’une formation

8 minutes de lecture

[Retranscription écrite du podcast plus bas]. Comme tu le sais peut-être, la formation Apprendre à être Accompagnant·e ré-ouvre ses portes en septembre pour accueillir sa 4e promo 🚀 L’occasion donc pour moi de travailler sur la refonte du programme grâce aux avis des 3 dernières promos et des mises à jour de mes connaissances et expériences 💡 Je te partage donc aujourd’hui comment je procède pour faire cette refonte de formation, ce qui pourra t’aider pour la tienne 🙂

Liens mentionnés pendant l’épisode :

La retranscription de l’épisode 👇

1/ Récolter les avis

Point numéro 1 qu’on aurait pu étiqueter point numéro 0 car c’est le préambule nécessaire à la refonte : il faut déjà récolter les avis des ancien·es élèves. Avant de t’embarquer dans la refonte de ta formation, il faut savoir les points forts et les points faibles de ton programme dans sa forme actuelle.

☝️ Afin de ne pas réinventer la roue à chaque fois, j’ai crée un Google Form qui évalue le programme dont le lien est présent sur Teachable (le logiciel que j’utilise pour héberger la formation et ses contenus).

Je demande directement à mes élèves leur avis publiable (s’ils le souhaitent) dans ce questionnaire comme ça, je ne les sollicite pas 20 fois. 

2/ Reposer les bases

Il faut ensuite reprendre les bases de ton programme : 

👉 Pourquoi tu le fais
👉 Qui tu formes
👉 Quel est l’objectif de la formation ? Où veux-tu emmener tes élèves ?
👉 Et donc, quelle est la promesse de la formation ? 

Dans mon cas, avec ce programme, j’ai pu reposer à plat que :

1️⃣ J’ai crée ce programme car je trouvais que beaucoup de pro de l’accompagnement n’étaient soit pas formés à l’accompagnement ; soit formés à des outils, mais pas à la posture.

👉 Or, les études le prouvent, 80% de la réussite d’un accompagnement se joue dans l’alliance (les outils c’est environ 8%). 

Du coup, je rencontrais des pro de l’accompagnement (parfois sur-formés) qui étaient stressés de faire face à une situation difficile, de pas pouvoir gérer un client en deuil, en trauma, etc. Qui sont blindés d’outils qui sont bloqués par des clients qui savent pas ce qu’ils veulent, qui font pas le taff inter-séance, bref ! En résumé, qui ont besoin de travailler leur posture.

Et, sur le marché, j’ai trouvé une tonne de formations aux outils d’accompagnement (formation en psy positive, formation en ayurveda, formation en coaching au sens de driver une séance etc) mais pas -peu- de formations sur la posture

2️⃣ Je forme donc des professionnel·les de l’accompagnement, déjà lancés ou qui souhaitent se lancer, et qui souhaitent perfectionner leur posture. Qu’ils accompagnent thérapeutiquement (psy, sophrologue, nutritionniste, coach, etc) ou non (coach business, graphiste, consultant·es, etc). Tous ceux qui accompagnent des humains et qu’ils veulent mieux le faire quoi 😂

3️⃣ A la fin du programme, je veux que les élèves aient pu acquérir ou développerune posture d’accompagnement professionnelle qui leur permette d’accompagner avec qualité, de manière utile et efficace leurs bénéficiaires

4️⃣ Ce qui nous a mené (avec Agathe Rocher qui a rédigé la page de vente du programme) à identifier cette promesse :💬  « Tu voudrais vraiment progresser en tant que thérapeute ou coach afin d’assurer à 100% pendant tes séances d’accompagnement ? Découvre LE programme holistique de Bien dans ta Boîte pour améliorer ta posture d’accompagnant·e, développer ta boîte à outils & devenir encore plus utile pour tes client·es ! »

3/ Lister les compétences & comment les évaluer

Suite à quoi, il te faut identifier TOUTES les compétences dont tes élèves ont besoin pour arriver à ce point B, précédemment identifié. Il peut y avoir plus ou moins de compétences selon la longueur de ton programme et selon la transformation promise.

Forcément, si il faut apprendre à dessiner une maison, ça demande moins de compétences que s’il faut reproduire la Joconde 😂

(enfin j’imagine, je dis ça mais j’y connais rien en dessin. Bref, t’as compris l’idée)

👉 Et surtout, pour chaque compétence que tu vas identifier, il va s’agir de savoir comment évaluer l’apprentissage de l’élève sur cette compétence.

1️⃣ Par exemple, une des compétences que les élèves doivent acquérir dans le programme, c’est de pouvoir concevoir la problématique de leur bénéficiaire sur différents plans (de manière holistique). Pour m’assurer que cette compétence est acquise, je vais leur proposer un cas d’étude sur lequel travailler mais également, un exercice (l’exercice SPARE) que je leur donne dès le début du programme et qu’ils vont devoir appliquer sur eux-mêmes pendant plusieurs semaines (toujours tester les outils sur soi 😬)

2️⃣ Autre exemple, je veux que les élèves connaissent les 3 grands courants de la psychologie pour pouvoir ré-orienter efficacement leurs bénéficiaires si besoin et faire preuve de légitimité auprès de leurs collègues psy (parler le même langage et comprendre quand on leur parle!). Cette compétence-là peut être évaluée par un quizz

4/ Repenser le format d’apprentissage

Une fois que tu as posé tout ça, ça peut emmener à repenser le format d’apprentissage :

👉 Soit le parcours d’apprentissage (changer les modules d’ordre pour une meilleur logique pédagogique, déplacer les modules où les élèves bloquent pour ne pas les démoraliser, etc)
👉 Soit le format en tant que tel (passer ta formation en format vidéo plutôt que PDF, changer de plateforme d’hébergement, etc)

Dans mon cas, c’est surtout la répartition des contenus synchrones (en live) et asynchrones (en autonomie et en ligne) qu’il faut retravailler un peu.

Comment je le sais ? J’ai crée un Google Form (et oui encore 😂) pour demander à ma cible à quoi ressemblait sa formation idéale. Et ce qui est ressortie, c’est que le 100% en ligne ne lui convient pas mais qu’une certaine quantité permet de ne pas faire des journées zoom trop imbuvables ! 

Ainsi, plutôt que de rajouter une 8e journée de théorie, le contenu supplémentaire sera plutôt en asynchrone afin de favoriser les temps ensemble pour les mises en pratique et les supervisions.

5/ Produire de nouveaux contenus

Et enfin, il faut produire les nouveaux contenus ou mettre à jour les anciens. Dans mon cas, il s’agit principalement de : 

👉 Mettre à jour les diapos : avec de nouvelles connaissances, ré-organiser l’ordre de certaines choses car une fois en session je me suis rendue compte qu’un autre sens aurait été plus futé pour les élèves.

👉 Tourner des vidéos : pour certains contenus théoriques qui soit ne nécessitent pas qu’on prenne du temps en live (mais les élèves pourront poser leurs questions en live + mettre en pratique) soit qui méritent d’être digérés avant qu’on passe à la pratique. 

👉 Créer de nouvelles fiches outils : notamment grâce aux retours de la promo 3 qui m’ont beaucoup demandé des outils d’aide à la prise de décision avec des arbres de décision. Je te mets un exemple ici 👇

Voilà tout le travail que j’ai commencé et qui m’attend cet été pour une promo 4 aux petits oignons 👌 Bonus non-négligeable : les ancien·nes gardent accès à leur espace de formation donc ils bénéficient des mises à jour et des nouveautés ☝️

(Et puis cet été, je vais aussi bosser sur la création d’une nouvelle formation, plus courte et plus ciblée pour celles et ceux qui veulent accompagner les problématiques relationnelles 🤫)

>> Si tu souhaites en savoir plus sur la formation Apprendre à être Accompagnant·e
>> Si tu souhaite réserver ton appel découverte gratuit pour poser tes questions

Avec tout mon amour, 
Laura

Ce contenu te plaît ? Partage-le !

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à la psychologie positive, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire