Severine : Directrice financière à temps partagé

Severine : Directrice financière à temps partagé

7 minutes de lecture

Aujourd’hui, tu vas pouvoir découvrir le parcours, le quotidien et les conseils de Severine, directrice financière à temps partagé. Elle te parle de son métier, de tarifs, de comment elle trouve ses clients, entre autre !

Peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

Je suis directrice financière à temps partagé pour PME et startup. J’aide les entreprises à améliorer leur rentabilité à terme et à anticiper les problématiques financières.

Originaire de Normandie, je me suis installée en région Rhône-Alpes après avoir eu mon dernier diplôme. J’ai fait toutes mes études en formation continue à l’IAE de Caen.

J’ai 20 ans d’expérience en finance d’entreprises. J’ai commencé ma carrière en PME industrielle et de négoce pour aller ensuite en filiale de groupe. J’ai ainsi dirigé plusieurs équipes en management direct et en management transverse. J’ai fait beaucoup de missions de transition pour résoudre des problématiques de stratégies d’entreprises comme par exemple, le choix et le changement d’ERP.

Pourquoi avoir choisi d’exercer ton métier en indépendante et pas en salariée ?

J’ai choisi de changer de statut pour différentes raisons :

  • A mes 45 ans, suite à une fin de mission, j’ai été accompagnée par Force Femmes et l’Apec. Au début, je cherchais un poste salarié et j’arrivais 2è à chaque recrutement. Du coup, ces deux services d’accompagnement m’ont aidé à comprendre pourquoi j’arrivais toujours 2ème.
  • Après le test Motiva de l’Apec et l’aide d’une bénévole de Force Femme, j’ai ainsi compris que je voulais développer mon indépendance et ainsi créer ma boite. De plus, l’entrepreneuriat m’a permis de découvrir d’autres modèles d’entreprises (startup) plus en accord avec mes valeurs, des sociétés en croissance et ambitieuses. De plus, elles animent ma curiosité et ma soif d’apprendre.
entrepreneuriat

Quelles ont été les premières étapes de la création de ton projet ?

Les premières étapes ont été d’interviewer des pairs pour m’expliquer le métier de DAF à temps partagé et des startups pour étudier leurs attentes. J’ai commencé par un essai sur une startup afin de mieux comprendre ces attentes. En parallèle, j’ai été accompagnée par le programme entrepreneur de Force Femmes. Ensuite, je me suis perfectionnée par des formations commerciales afin de mieux argumenter et ainsi travailler ma posture de cheffe d’entreprise.

Je trouve que l’accompagnement au démarrage est très important car nous avons besoin d’avoir un effet miroir, d’être guidée afin de ne pas partir dans tous les sens et ne pas perdre du temps.

La question qui turlupine tous les indépendants : comment as-tu fixé tes tarifs ?

J’ai échangé avec des pairs et des concurrents sur leur mode de fonctionnement, j’ai appliqué mes tarifs en fonction de leurs retours et des retours de mes cibles pendant mon étude de marché.

J’ai travaillé ma différenciation, ce qui me permet aujourd’hui de rassurer mes clients et d’argumenter le tarif de mes prestations.

Quel est l’intérêt pour toi d’exercer à temps partagé ?

Eviter la routine ! D’apprendre et approfondir des nouvelles compétences comme le commercial, la communication… Être à temps partagé permet aussi de rencontrer de nouvelles personnes avec des horizons différents.

C’est un plaisir d’être aux côtés des porteurs de projets, des entrepreneurs, des équipes que je vois évoluer au fur et à mesure de mon accompagnement.

tarifs freelance

Comment trouves-tu tes clients au milieu d’une concurrence importante ?

Je les trouve par recommandation de mes partenaires et par mes clients qui me recommandent. C’est aussi d’être présente à des évènements, d’établir des permanences au bureau et dans les incubateurs, de préparer des conférences sur des sujets inabordés dans la région.

Quels conseils donnerais-tu à un.e futur.e directeur.ice financier.e ?

  • D’avoir de la patience, de construire son réseau et de faire attention aux différentes propositions des startups. Par le réseau, nous rencontrons de belles personnes qui veulent nous aider et qui croient en nous et je leur dis merci !
  • Avoir l’envie d’avoir une nouvelle phase d’apprentissage car cela prend du temps et la patience est nécessaire pour lancer et développer sa boite. On doit avoir aussi envie de développer de nouvelles compétences, de se challenger et oser prendre des risques.
  • En contrepartie de ces quelques difficultés, quel plaisir ! De retrouver sa posture, d’être alignée avec soi-même et d’être authentique…

Quelle est, selon toi, ta plus grande réussite ?

D’avoir fait la due diligence auprès de Fabulabox et d’avoir fini sa levée de fond. C’est une découverte pour moi, en tant qu’entrepreneure. Cette expérience m’a permis de développer mon assurance vis-à-vis de la négociation financière et de développer un nouveau réseau dans ce milieu.

associer

Et l’erreur qui t’a le plus servie ?

Toutes les erreurs de débutante m’ont servies… En effet, certains clients sentent que nous débutons et profitent que l’on manque de confiance en nous, ce qui est commun chez les entrepreneurs débutants. Poser un cadre avec le client est très important dès le départ malgré la proximité qui peut se créer rapidement. Dans mon métier, je suis aussi la confidente du fondateur ou fondatrice et j’utilise mes capacités d’écoute et d’empathie pour le/la rassurer.

L’habituelle question de fin : quels sont tes conseils pour entreprendre heureux ?

  • Être un entrepreneur heureux, c’est être en cohérence avec ses valeurs, être aligné et s’assumer tel que nous sommes, avec nos particularités et nos différences. C’est en étant aligné avec soi que nous attirons les partenaires et clients idéaux, en adéquation avec nous : le plaisir de collaborer avec des humains qui nous correspondent.
  • Comme tous, j’ai des hauts et des bas, qui me permettent de rebondir au quotidien, de m’améliorer, de travailler à la fois sur mon développement personnel et ma stratégie d’entreprise.
  • Bien s’entourer est essentiel, échanger avec d’autres entrepreneurs, s’écouter. C’est à travers ces échanges et ces rencontres que je prends du recul et que j’avance.

Je remercie grandement Severine pour son temps et son implication. Tu peux la retrouver sur LinkedIn. Tu peux aussi lui poser tes questions en commentaires, juste là-dessous !



Ce contenu te plaît ? Partage-le !

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à la psychologie positive, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire