Vanessa : Naturopathe et rédactrice web, ou l’art de slasher

Vanessa : Naturopathe et rédactrice web, ou l’art de slasher

8 minutes de lecture

Aujourd’hui, tu vas pouvoir découvrir le parcours, le quotidien et les conseils de Vanessa, naturopathe et rédactrice web ! Elle te parle de ses métiers, de l’art de slasher et d’intuition 😉 (entre autre!)


Peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

Je suis Vanessa Colant, Femmoon sur le net, et j’accompagne les femmes à trouver leur place sur le web grâce à l’écriture et le blogging. Rédactrice Web SEO, je travaille également pour des clients privés grâce aux commandes rédactionnelles que je reçois.

Parallèlement, je suis aussi active dans le bien-être. Naturopathe de formation, j’accompagne les femmes à se sentir bien physiquement mais surtout émotionnellement. Le développement personnel par l’écriture est mon outil principal.

J’ai commencé ma carrière pro en tant que secrétaire. J’adorai à l’époque ce métier et la boîte qui m’employait. Lorsque je suis tombée enceinte la première fois, tout a changé. Mon fils ayant eu de graves problèmes de santé, j’ai mis ma carrière en stand-by pour me concentrer sur ma vie de maman. Cela a duré 5 ans pendant lesquels j’ai construit mes compétences en blogging tout en m’occupant de ma famille. Reprendre un travail fixe de salarié a été difficile pour moi. Je l’ai fait mais sans grande passion ni motivation. C’est alors que je me suis formée, en parallèle, pour devenir naturopathe (cela comprend une liste très longue de formations).

blogging

Le diplôme en poche, j’ai rapidement développé cette activité tout en bossant pour un client régulier en rédaction web. J’avais trouvé un équilibre, en apparence. Cependant, il me manquait une assise dans ma vie. Je me sentais comme dans une instabilité avec l’envie de m’ouvrir à d’autres choses. J’ai, heureusement, vite compris que l’entrepreneuriat permet ce champs des possibles et autorise à avoir plusieurs activités. Ce fut le déclic. Je n’imagine pas ne faire qu’une seule chose dans mon quotidien professionnel. Je laisse alors les opportunités venir et j’accueille les merveilleux projets.

En 2015, tu as fait le choix de reprendre un cursus de formation en naturopathie car ton travail était décalé de tes aspirations.  Pourquoi avoir choisi de t’axer uniquement sur l’accompagnement des femmes ?

Lorsque j’ai repris ce cursus de formation, cela fut salvateur pour moi. La naturopathie amène vers une introspection de soi et un développement personnel profond. Je me suis guérie de divers maux émotionnels, j’ai compris qui j’étais, comment je fonctionnais et pourquoi je suivais ce chemin. Lorsque je me suis installée en tant que naturopathe, je savais que je n’aurai pas les outils/compétences pour accompagner les hommes. Je travaille énormément avec la conscience de soi et la compréhension du cycle féminin (tant pour mes accompagnements naturo que pour mes coachings avec les entrepreneuses). Dès lors, tu comprendras que cette vision est impossible avec les hommes. Concernant la rédaction web où je n’ai pas la casquette de coach, je n’ai pas de soucis pour une clientèle masculine.

rédactrice web

Aujourd’hui, te considères-tu slasheuse ? 

Complètement ! Je jongle entre la rédaction web, le blogging, les consultations en naturopathie. J’écris des articles, des ebooks, je crée des formations en ligne (dans mes différents domaines), je reçois des femmes en coaching mais aussi … je prends très à cœur la communication avec ma communauté Femmoon.

En effet, je gère également ma communauté Femmoon sur Instagram, une page qui regroupe des femmes en quête de sens (dans la sphère privée ou professionnelle). Et c’est un boulot à part entière. Donc oui, aujourd’hui, je peux dire que je suis une slasheuse accomplie. Et je serai d’ailleurs ravie de rajouter quelques slash à mon titre.

Sur ton site, tu parles beaucoup d’intuition. Est-ce une qualité importante pour un.e entrepreneur.e selon toi ? Qu’est-ce que ça peut apporter à l’entrepreneuriat ?

L’intuition a pour moi une importance capitale dans la vie privée mais aussi dans le parcours entrepreneurial. Avoir de l’intuition, c’est pouvoir écouter son corps, écouter ses besoins, savoir ce qui est bon pour soi sur le moment M, comprendre notre mission de vie (à vision cartésienne) et s’accorder avec tout cela.

Lorsqu’on est déconnecté de soi (et donc de ses intuitions), on bosse un nombre d’heures illimités, on oublie que le corps a besoin de sommeil, de repos, de pause et on termine, 6 mois plus tard, en épuisement. Etre intuitive, c’est savoir reconnaître les signaux de son corps. La difficulté sera évidemment de l’écouter.

fleur jaune

A titre personnel, je suis très connectée à mon cycle féminin et je connais les jours du mois où travailler ne sera pas productif, où créer des projets sera parfait, où faire des conférences/rdv clientèle sera optimal. Je me connais vraiment par cœur et cela m’apporte un plus non négligeable dans la gestion de mon entreprise. Lorsque ce n’est pas le «bon » jour, je préfère me mettre en pause, écouter mes besoins pour reprendre le boulot plus activement plus tard.

L’intuition m’a également permis de ne pas travailler avec certaines personnes ou certains projets. En effet, aujourd’hui, je ressens, dans mon corps, quand quelque chose n’est pas juste pour moi. Écouter son intuition est une priorité pour une vie de valeur.

La question qui turlupine tous les indépendants : comment as-tu fixé tes tarifs ?

J’ai eu la chance d’être suivi par une couveuse d’entreprise en début d’activité (pendant 18 mois). Mes conseillers ont été les moteurs pour me permettre de trouver les tarifs qui me correspondaient. Émettre un tarif, c’est finalement mettre de la valeur sur son travail mais également sur qui on est. De nombreux entrepreneurs se bradent alors qu’ils ont un réel potentiel. Tout a un prix. Mais j’admets que ce n’est pas évident de trouver le juste prix entre le travail qu’on émet et la capacité financières des clients (surtout en coaching). Aujourd’hui, j’ai compris qu’une personne qui ne veut pas ou qui ne peut pas se permettre un coaching avec moi n’est pas un client pour moi.

A quoi ressemble une journée type pour toi ?

  • Je me lève vers 7H17, l’heure à laquelle sonne mon réveil. Je dépose mes ados devant l’école, je rentre déjeuner dans le calme (ce silence est très important) puis je fais un rapide ménage.
  • Ma journée de boulot commence concrètement à 9H00.
  • Je travaille jusqu’à 15H00 (+ pause de midi) puis je récupère les enfants.
  • De retour vers 16H, je me remets sur pc pour préparer tout ce qu’on ne voit pas forcément (les mails, la rédac, les photos pour insta, mes ebooks, etc…). Je peux ainsi être disponible pour les enfants s’ils ont besoin tout en travaillant. Évidemment, pas de coaching après 15h !
  • Je n’ai pas de limite de temps, donc je peux arrêter de travailler à 16H comme à 23H, cela dépend de la passion qui m’anime sur le moment présent.

Une chose est certaine : je n’ai pas de programme fixe, je m’organise comme je veux, je gère en fonction de mes besoins personnels et familiaux. Et surtout, je prends des pauses aussi longues que courtes, à des moments imprécis de la journée.

planner

Comment arrives-tu à pitcher tes activités de façon claire en étant slasheuse ?

Etre slasheuse, c’est, en effet, se confronter à la question du pitch. La demande que je redoute le plus « tu fais quoi dans la vie ? » parce que cela suscite des questionnements et pas mal d’incompréhensions.

Je suis naturopathe : naturoquoi ? La naturopathie ! une angoisse de pitch à lui seul.

Je suis web rédactrice : tu es donc journaliste ? Tu écris pour quel magazine ?

Je suis blogueuse : c’est pas un métier, ça !

La liste est très longue. Aujourd’hui, je dis simplement que je suis web-entrepreneuse et ça passe plutôt bien.

Quels conseils donnerais-tu à un.e futur.e freelance/entrepreneur.e ? 

De ne pas attendre d’être prête pour se lancer. La vie nous amène sur des chemins qui ont un sens. Lorsque j’ai entamé mon projet pour devenir naturopathe, je n’avais imaginé une seule seconde coacher des entrepreneuses se positionner sur le web par l’écriture.

L’habituelle question de fin : quels sont tes conseils pour entreprendre heureux ? 

  • Écoute les réels besoins de ton corps. Prends des pauses dans ta semaine pour faire le vide car c’est dans ce vide que les meilleurs idées apparaissent.
  • Libère toi de tes freins, de tes peurs et de tous tes questions invalidantes. N’hésite pas à te faire coacher mais surtout…trouve-toi un binôme de travail. J’ai une binôme qui habite à plus de 1000 km de chez moi, on travaille en visio conférence, on se Whatsapp et on grandit énormément ensemble dans nos projets respectifs. Ensemble, on avance plus vite.

Je remercie grandement Vanessa pour son temps et son implication dans cette interview. Tu peux la retrouver sur son site, Instagram et Facebook ! Tu peux aussi lui poser tes questions en commentaires, juste là-dessous !



Newsletter Bien dans ta Boite

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite et de SanteVege, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à l'alimentation écoresponsable, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Cet article a 1 commentaire

  1. Excellent ce conseil d’être coaché !!!
    ET
    De se trouver un partenaire de travail.

    Merci pour cette interview…

Laisser un commentaire

Fermer le menu