Ce que tu vis n’est pas la réalité

Ce que tu vis n’est pas la réalité

7 minutes de lecture

Deux fois par mois, les abonnés de la super newsletter reçoivent un mini-article inédit où je partage mes réflexions, mes coulisses ou mes conseils. Si tu souhaites recevoir tout ça directement dans ta boîte mail sans avoir à venir ici, tu peux nous rejoindre dans la newsletter. Sinon, tu pourras retrouver ces billets d’inspiration quelques temps plus tard dans cette catégorie


Alors là, t’es sûrement en train de te dire « ça y est, elle a définitivement pété un câble« . Donc non, ne t’inquiète pas, je ne vais pas t’expliquer que nous vivons dans une dimension créée par des extra-terrestres et que nous faisons partie de leur grande expérience sur l’Humanité. 

Ce que je voudrais te faire cogiter aujourd’hui, c’est que ce que tu vis actuellement (de bien et de moins bien), ce n’est pas la réalité.

Ce que tu vis, c’est ta perception de la réalité

Tu vas me dire que je chipote, mais pas du tout ! En coaching, mes client.e.s m’expliquent la (leur) réalité. Ils m’expliquent qu’ils vivent des situations stressantes, des situations conflictuelles, des situations déprimantes, etc. 
 En réalité, ce ne sont pas les situations qui sont intrinsèquement stressantes, conflictuelles, etc. Ce sont leurs perceptions des situations. 

☝️ Je dis ça mais je suis logée à la même enseigne ! Je te donne un exemple très concret et très récent : Samedi dernier, j’ai enfin pu m’organiser pour aller passer l’après-midi au Temple Bouddhiste de Lyon. C’est un lieu important pour moi, que j’adore et j’ai du mal à y aller aussi souvent que je le voudrais. On s’est organisé avec deux amies pour arriver là-bas à 15h (début des Enseignements, d’autant qu’un grand moine était des notres ce jour-là). Après des heures d’organisation, nous avions tout prévu sauf … les manifestations imprévues qui bloquaient la route pour nous y rendre. Nous avons mis 1h pour faire 10 bornes. Morale de l’histoire, on est bien entendu arrivé en retard. Et bien qu’au début, je prenais les choses cool, j’avoue que quand j’ai vu qu’à 15h15 on était encore en centre-ville, j’ai commencé à perdre patience.

🤷‍♀️ Situation énervante tu vas me dire ? Oui, enfin, ma perception de la situation la rend énervante. Car, bien que nous ayons loupé une bonne partie de l’Enseignement, nous avons décidé de traîner un peu après pour ne pas avoir fait le chemin pour rien. Et ce moment de tranquillité a laissé place à une discussion passionnante avec un des moines que nous n’aurions peut-être pas eu si nous étions arrivées à l’heure et reparties à l’heure.
Mais il y a bien des situations réellement compliquées pourtant ?
Oui, c’est un fait. Je ne vais pas te dire qu’il n’est que question de ta perception ! Nous vivons tous des situations réellement douloureuses comme des deuils ou réellement conflictuelles. 
 Mais nous sommes quand même responsables de la lecture et des réponses que nous leur donnons.

💬 Lorsque j’étais étudiante, il y a avait des citations affichées partout dans mon appartement. L’une d’entre elles (du Dalaï-Lama) disait : « Votre état de bonheur ou de malheur dépend rarement de la situation mais de votre perception de la situation » C’est exactement ce que je t’expose ici. Je ne te dis (surtout) pas d’intellectualiser toutes les situations que tu vis, toutes tes réponses, toutes tes émotions. Mais quand tu vis une situation très pénible, tu peux te demander : Est-ce réellement la situation qui est difficile ?Est-ce ma réponse/mon interprétation de la situation qui me rend tout ça difficile à vivre ?Pourrais-je voir la situation sous un autre angle ?👉  Par exemple, dans la voiture, c’est ma perception de la situation qui m’a rendu ce trajet pénible. Oui, c’est vrai, c’est contrariant d’être dans les bouchons. Mais après tout, on était samedi, personne n’était en danger et je n’étais pas attendue à un RDV capital.

☝️ Nous sommes responsables de nos réactions et de nos interprétations. 

C’est moi qui ai décidé de céder à la colère, à l’impatience et au stress.

Je ne dis pas que c’est facile, je dis que ça peut te changer la vie. Que tu peux arrêter de tourner en rond en :Changeant de regard sur la situationLachant priseCherchant des solutions plutôt que de te focaliser sur les problèmesNB : D’ailleurs, pour t’y aider, n’oublie pas que le programme 15 jours pour t’initier à la Pleine Conscience est toujours disponible à prix tout doux et est très utile dans ce genre de cas.

Exemples concrets

Je te prends deux derniers exemples que tu as surement déjà rencontré ou que tu rencontres peut-être en ce moment : 1/ La situation stressante : Change de regard sur la situation. C’est stressant parce que ça te met en insécurité mais peut-être que cela te permet de grandir ? D’apprendre ? Peut-être est-ce pour le mieux ? Lache-prise, tu n’as sûrement pas beaucoup de contrôle sur cette situation et tu as le droit d’être stressé; tu n’as pas à être infaillible constamment. Cherche des solutions : que peux-tu mettre en place pour changer de perception et diminuer ton stress ? Je sais combien c’est difficile (surtout sur le stress, je connais bien!). Mais des solutions existent, comme te faire accompagner pour travailler ce problème.

2/ La situation conflictuelle : celle-ci est intéressante car, très souvent, chacun des deux protagonistes est persuadé d’avoir raison ! Change de regard : ici, mets-toi à la place de la personne. Comme je dis souvent, elle n’a ni tord ni raison, elle a sesraisons. La réelle empathie est sûrement une des qualités les plus difficiles à développer : regarder la situation avec les yeux, les codes, la culture, le passé de l’autre. Et pas avec les siens. Change de regard, peut-être que cette situation est en train de t’apprendre quelque chose ? Peut-être te donne-t-elle l’opportunité de commencer quelque chose de nouveau ? Ou de finir quelque chose qui a assez duré ? Lache-prise : si la personne en face de toi ne veut pas communiquer, discuter, évoluer, tu ne la feras pas évoluer. Ce n’est pas ton rôle de toute façon. On ne peut pas s’entendre avec tout le monde, parfois, il faut savoir lâcher l’affaire (comme disait Voltaire « l’art le plus noble mon fils n’est pas de savoir bien parler mais de savoir se taire »). Cherche des solutions : dialogue, méditation, conciliation. Si tout ça n’est pas possible, cherche des solutions pour gérer ce conflit de ton côté : relaxation, méditation, faire des choses qui te font du bien, etc. 

NB : L’autre soir, je savourais enfin une douce soirée avec mon cher et tendre. Nous avions mangé indien devant une bonne série 👌 A 21h, il m’annonce qu’il va rejoindre des amis pour boire un verre. Sur le coup, j’ai été agacée et déçue. Et je me suis dit : soit je le vois comme ça et je vais passer une soirée complètement naze et être en colère contre lui alors qu’il n’avait rien fait de mal et rien promis. Soit je me dis que j’ai l’occas’ d’appeler une amie que j’ai du mal à joindre à cause du décalage horaire. Résultats ? Il a passé une chouette soirée avec ses amis, j’ai passé une chouette soirée avec mon amie au téléphone et tout le monde est content. 

Change de perspective !



Ce contenu te plaît ? Partage-le !

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à la psychologie positive, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Laisser un commentaire