6 choses à savoir pour se fixer des objectifs efficaces (et les tenir!)

6 choses à savoir pour se fixer des objectifs efficaces (et les tenir!)

9 minutes de lecture

Se fixer des objectifs on le fait tout le temps ! Principalement en septembre et en janvier avec les fameuses bonnes résolutions de rentrée ! “Cette année, je me mets au sport!”, “J’arrête de fumer!”, “Je monte ma boîte” Bon … tu le sais, beaucoup de ces résolutions finissent par retomber comme le soufflé servi deux semaines plus tôt à Noël. Mais c’est dommage ! Car se fixer des objectifs est indispensable pour avancer et évoluer. Mais pour s’y tenir, il faut déjà bien les fixer. Oui je t’annonce, on va parle de méthode SMART mais pas que ! Comme je trouve ces 5 points incomplets, il était temps que je te fasse (enfin!) cet article pour te partager 6 choses à savoir pour se fixer des objectifs efficaces (et surtout, pour que tu les tiennes!)

1/ Rédiger tes objectifs avec la bonne vieille méthode papier-crayon

Voilà le premier conseil basique mais auquel je tiens (mes coachés peuvent en témoigner car je leur rabâche tout le temps) : Pose tes objectifs sur papier. Ton cerveau fait le lien entre l’écrit et l’émotion.

En prime, ça te permet de garder une trace de ton évolution et c’est quand même très gratifiant à la fin de l’année de reprendre de carnet et de se rendre compte de tout ce qu’on a fait ! Ca rebooste ta motivation pour l’année qui arrive 😉

objectifs dans un carnet

2/ S’engager auprès de ses proches (ou du coach !)

Le processus d’engagement, ça te parle ? C’est un phénomène psychologique dont tu fais l’expérience tous les jours. Plus tu as attendu ton bus, moins tu seras prêt à laisser tomber. Plus tu as dit oui, moins tu es capable de dire non, etc. C’est ce qu’on appelle le processus (ou l’escalade) d’engagement. Alors autant elle peut te jouer de vilains tours cette escalade, autant elle peut se mettre à ton service (tout dépend de toi!)

Si tu t’es engagé auprès de tes proches (ou encore mieux, auprès de ton/ta coach), tu seras plus motivé à tenir tes objectifs et à les remplir. Alors choisis une personne de confiance avec laquelle tu te sens bien et qui saura te faire une bonne piqure de rappel si besoin (tu peux rejoindre le groupe privé facebook si tu veux, tous les lundis, je vous la fait la piqure de rappel !)

3/ Se fixer un objectif efficace

Un objectif efficace, c’est un objectif qui parle à ton cerveau et qui comportementalise ! On va donc reprendre les 5 points de la méthode SMART mais je vais en rajouter 2 qui sont à mon sens absolument indispensables, notamment le dernier. Vamos !

Un objectif spécifique

C’est-à-dire un objectif concret, que n’importe qui ne te connaissant pas pourrait comprendre. Par exemple, si tu te fixes l’objectif « Monter ma boite », ça n’a rien de spécifique. Ne te connaissant pas, je ne sais pas de quoi tu parles : une boite de plomberie ? De conseils ? Tout seul ? Avec 4 associé.e.s ?
Un objectif spécifique serait “Créer mon entreprise de conseils en finances d’entreprise en association avec Gégé”

objectifs et planning

Un objectif spécifique et mesurable

Cet objectif doit ensuite être mesurable, quantifiable. C’est très important car c’est très concret et surtout, ça sera très facile pour toi de dire si oui ou non, cet objectif est validé. Un exemple que j’ai très souvent en coaching, c’est l’objectif « Je veux gagner plus d’argent », oui mais combien ? Il vaut mieux que tu formules « Je veux gagner 4000€ nets par mois ». Là, au moins, tu sais où tu vas et à la fin du mois, tu sais en une seconde si tu as rempli l’objectif ou pas.

Un objectif spécifique, mesurable et atteignable

Ton objectif doit être ambitieux. Il faut qu’il te tire vers le haut et que tu ne te laisses pas bouffer par des croyances limitantes. Mais bien sur, il faut qu’il reste atteignable ! Tu dois être en obligation de moyens et pas de résultats et bien sûr, que ça soit en phase avec tes moyens. Par exemple, l’objectif « Ejecter Tim Cook pour lui piquer sa place avant la fin de semaine », ça paraît un peu chaud je t’avoue …

Un objectif spécifique, mesurable, atteignable et réaliste

Pour faire le lien avec le point précédent, une fois ton objectif atteignable, il faut que tu sois réaliste et que tu tiennes compte des contraintes. Attention ! Ici, ça ne doit pas être une excuse pour céder à tes croyances, genre « non mais c’est pas réaliste, je ne peux pas le faire ». C’est juste que, bien sûr, nous n’avons pas tous les mêmes contextes et il faut être en phase avec. Par exemple, on me demande souvent comment je fais pour travailler autant, aller au sport, bosser mon espagnol, etc. C’est possible dans ma vie aujourd’hui car je n’ai pas d’enfant par exemple. Ou pas de personne malade à charge, ou je ne sais quoi.

Méfie-toi de certaines personnes qui veulent t’en mettre plein la vue, nous n’avons pas tous les mêmes vies. Un de mes objectifs prioritaires pour les deux prochaines années est de m’acheter mon cheval. Mais je sais aussi que si ma vie est la même dans deux ans qu’aujourd’hui, ça ne sera pas réaliste. Je n’aurais pas le temps de m’en occuper comme je veux.

agenda et post-it

Un objectif spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporel

Ca, c’est également un point très très important : se donner une limite de temps ! Ca permet d’avancer et de ne pas tomber dans le « oui, oui, je ferai ça demain » et ça permet, à la fin de cette dead-line, d’aller vérifier si l’objectif est rempli ou non. Par exemple, « Je dépose les statuts de mon entreprise de conseils en finances d’entreprise en association avec Gégé auprès du notaire avant le 30 novembre ». L’échéance est claire, tu sais ce qu’il te reste à faire !

Un objectif spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, temporel et positif

Ca y est, on sort des fameux points « SMART » pour que j’ajoute les deux miens. Alors, attention, quand je dis positif, j’entends pas licornes et paillettes hein. On ne peut pas (et on ne cherche pas) à être positif tout le temps ! Par positif, j’entends : formuler un objectif sans négation.

Evite donc les « Ne pas attendre plus de 10 jours pour déposer les statuts » et évite aussi les tournures plus sournoises mais pas moins négatives comme « Je ne veux plus être introverti ». Car certes, tu es capable de dire ce que tu ne veux plus, mais ça ne me dit pas que ce que tu veux à la place (= pas assez spécifique)

Un objectif spécifique, mesurable, atteignable, réaliste, temporel, positif et comportemental

Déformation professionnelle oblige, venant des courants cognitifs et comportementaux, je suis intransigeante sur ce point. Je casse les pieds à mes coachés là-dessus parce que c’est ça qui va t’aider à changer concrètement, même pour changer tes schémas de pensées : il faut que cela s’ancre dans le comportement.

On évite donc toutes les formulations de ressentis et de pensées, du type « Me sentir plus confiant » ou « Penser plus souvent à appeler Mamie » car cela sera trop difficile de mesurer si cet objectif est rempli ou non. C’est souvent le genre d’évaluations qui dépend beaucoup de ton humeur ! Si tu évalues tes objectifs un jour de bonne humeur, tout ira bien, tu auras tout checké. Et si tu t’es levé du pied gauche, tu vas penser que rien n’avance, que tu es nul, et ça va aggraver le problème. Un objectif comportemental, c’est facile => C’est fait ou ça n’est pas fait. Point.

On évite enfin toutes les formulations passives du type « Mieux gérer mes émotions » parce que ça fait un peu « je prie pour que ça arrive ». Il faut que tu sois actif et engagé par cet objectif. Préfère des formulations type « Mettre en place des actions concrètes (que tu vas ensuite définir) afin de mieux gérer mes émotions »

femme travaillant sur un ordinateur

4/ Détailler les objectifs

En coaching cognitif et comportemental, on parle d’objectif général et d’objectif spécifique. L’objectif général c’est le « quoi » (ex : Créer mon entreprise) et les objectifs spécifiques ce sont les « comment » je vais atteindre l’OG (ex : déposer les statuts, démarcher un associé, etc).

Dans mes programmes, c’est ce que j’appelle « dérouler le plan d’action » : tu vas prendre ton objectif général (ex : créer mon entreprise) et ensuite, tu vas dérouler toutes les étapes que tu dois accomplir pour atteindre cet objectif avec les étapes que tu viens de voir plus haut.

5/ Organiser ses objectifs

Pour se fixer des objectifs efficace, il faut aussi les organiser et les « temporaliser ». Car si tu te retrouves avec 25 objectifs à tenir pour demain, tu risques de paniquer et tu auras de quoi ! Personnellement, voici mon organisation :

  • Je tiens tous mes objectifs répertoriés dans un carnet (cf. point 1)
  • Je rédige mes objectifs à l’année, au 6 mois et au mois
  • Mes objectifs sont répartis en 3 grandes catégories : Notoriété (nombres d’évènements, conférences, article invité etc), Financiers (nombres de coaching, de programmes vendus, etc) et Stratégiques (nombre d’abonnés à la newsletter, sur Instagram, sur le groupe Facebook, etc etc)
planner

#6 : Less is more

Dernier conseil pour se fixer des objectifs avant de se quitter : rien ne sert de se fixer 40 objectifs par mois, tu ne vas pas les tenir ! Quand on me consulte pour des problématiques de productivité, la première chose que je demande c’est à quoi ressemble la to-do-list. Et généralement, la to-do de la journée est longue comme mon bras ! Garde ça en tête : il faut que tu sois efficace. J’en parlais dans la dernière newsletter, il faut se donner des priorités, être efficace et faire attention à ne pas (trop) se disperser.

Souviens-toi, la clarté, c’est le pouvoir



newsletter bien dans ta boite

Laura Besson

Fondatrice de Bien dans ta Boite et de SanteVege, l'Humain est la pierre angulaire de tout mon parcours. De la santé à l'alimentation écoresponsable, j'accompagne ici les entrepreneurs, freelances et indépendants en quête de sens, d'alignement et d'épanouissement dans leur activité professionnelle.

Cet article a 1 commentaire

  1. Merci Laura !
    Les objectifs SMART PC 🙂
    Je rajoute que l’aptitude à développer des partenariats permet d’accroître sa notoriété, et de s’ouvrir une nouvelle clientèle.
    A mes yeux, cela va compter bien plus que le nombre de likes sur un statut.
    Cela implique aussi de savoir travailler ses compétences relationnelles (soft skills), ce qui rejoint le C de Smart PC (comportemental)
    Bravo pour cet article !
    Romain

Laisser un commentaire

Fermer le menu